Mon materiel.

Boîtiers

Nikon F801s

Le F801s. Quel boîtier mes amis. Je me souviens d’un collègue qui l’utilisait en reportages de mariage. Sans autre boîtier que celui-là. Il l’avait tellement utilisé, que la peinture était partie au niveau de déclencheur ! Jamais le F801 ne l’avait laissé en plan. J’ai vraiment eu du plaisir avec mon f801s qui marche parfaitement jusqu’à présent. Il restera auprès de moi encore longtemps.

Nikon F4s

Mon F4S est le meilleur boîtier que je possède question ergonomie. La visée, rapidité(6 images seconde), autofocus restent encore de très hauts niveaux. Du côté de la mesure matriciel, elle ne m’a jamais déçu. Ce boîtier ne laissait jamais rien au hasard. Pas de surprise. Comme il n'était pas très compliqué sur la question mesure de la lumière, l'on pouvait deviner quand il fallait intervenir sur l'exposition. Mais l'on ne peut pas comprendre la joie que l'on pouvait avoir avec un tel boîtier, a moins de l'avoir eu entre les mains. Pour moi c'était le premier boîtier où l'on réglait tout sans devoir quitter les yeux du viseur. Une première.

Nikon F90

Le f90 est le grand frère du F800. Il avait une mesure matriciel 3D. Cela voulait dire qu'il prenait en compte la distance du sujet grâce aux objectifs AF-D. Ce procédé était super pour le flash, car il réglait l'intensité du flash par rapport à la distance. C'était génial ! Je l'ai aussi utilisé souvent en reportage, mais le caoutchouc du dos commençait à se détacher. Dommage. Sinon il m'a procuré beaucoup de plaisir.

Nikon D1x

Le D1x était le premier appareil photo numérique qui pouvait vraiment remplacer un appareil argentique 35 mm. Pour bien des photographes professionnels, spécialement pour le journalisme et le sport il était le bien venu. Je l’ai vraiment beaucoup utilisé. Il avait tout pour plaire. Il a eu le coup de grâce lorsque le D2x est sorti. Mais quand je le compare au D3, je trouve qu’il tient encore bien la route. Il ne faut pas oublier que pour visionner des photos sur un écran de 27 pouces, 5mp est amplement suffisant.

Nikon D70

D70. Acheté au départ comme deuxième boîtier, il prend vite le dessus du D1x. Je l’utilise régulièrement pour mes loisirs. Il reste encore aujourd’hui un boîtier bon à tout faire. Mes enfants l’utilisent aussi. Lui aussi je ne m’en déferais jamais. Muni d’un 50mm 1.8 AF, il me donne de très bons résultats. Et il se fait tout petit, discrétion assurée !

a0139082_2241326

Nikon D300s

J’avais un D300 que j’ai revendu lors de l’achat d’un D800. Petit à petit il me manquait. Donc, je me suis racheté un D300s, et pour moi il est l’un des meilleurs boitiers en DX. Par rapport à son prix, et sans compter avec le D500. Il est certain que le format DX reste une valeur sure. Un 200mm f2.8 devient un 300mm f2.8! Ce boitier je le prends avec moi le plus souvent possible alors que mes autres boitiers je fais gaffe. Si l’on me le vole, j’en rachète un autre tout simplement. De plus, il vaut mieux une photo avec un D300 que pas de photo avec un D3. Le D300s restera pour longtemps un superbe boitier.

Nikon D3

Nikon D3. Une légende avant même sa sortie. Le premier reflex a possédé un capteur 36×24(FX). Une cadence de 9 i/s.(11i/s en mode crop). Dès que j’ai regardé à travers du viseur, quelle joie me suis je dis, quelle joie de retrouver le viseur aussi clair qu’un Nikon  F4″. C’était ma première impression. Avec mon D3 en main, quelle redécouverte! Un 50mm était un 50mm et retrouvait tous les avantages qu’un 50mm peut avoir. Les réglages n’avaient pas de secrets pour moi, et grâce à une ergonomie bien réalisée, je retrouve tout de suite les emplacements des commandes. Bien sûr, j’ai dû apprivoiser cet engin. Mais quel bonheur en reportage. Une vraie machine. Remplacé pour un d4 ? Je ne suis pas fou!

Nikon D800

D800. Cet appareil se passe de commentaire. Il faut vraiment un certain temps pour le dompter. Il m’a déçu un peu au début, mais très vite il laisse une sensation d’être le boîtier à avoir. Si je dois le comparer au D3, question résolution, pas de différence à voir quand je visionne sur un écran 24 pouces. Mais quand il s’agit de recadrer la photo, tout semble faisable, et l’on n’a pas peur de la netteté. La question est de savoir si l’on doit avoir tant de possibilités pour le traitement de l’image prise. Le d800 se défend bien en haut ISO. Les tests démontrent qu’à crop égal, le D800 tient tête au d4. Mais il ne faut pas dire que je vais remplacer le D3 par le D800 en reportage. Le d3 est plus à son aise pour le reportage. Que ce soit en mariage, sport, ou autre! J’ai la poignée batterie grip. Je l’utilise fréquemment.

Objectifs

Nikor 50mm 1.8 af. Vraiment si vous n’en avez pas, courez en acheter un. Sur un boîtier FX, il est la crème de la crème. Voyez les nombreux tests. De plus il n’est pas encombrant. Il est léger, très léger et discret. Le moins cher de la gamme Nikon.

Macro 60 2.8 AF. Ce macro est tellement bon qu’il se permet de remplacer le 50mm 1.8. en reportage. Il m’est arrivé de l’utiliser tout le long d’un reportage. Je n’ai jamais eu aucun problème avec. Pour la macrographie le rapport 1/1 direct est sublime. Et quel piqué!.

180 2.8 AF. Cet objectif m’a été très utile en reportage. De ce temps le 80 200 2.8 AF lui faisaient concurrence. Mais pas pour moi. Quelle différence de vitesse de l’autofocus! Et moins lourd aussi. Super objectif que je recommande chaudement.

Nikon 80 200 2.8 AF. Ce zoom ne m’a jamais convaincu. Lent et encombrant. Mais le piqué est au rendez-vous. A f2.8 il est un peu faiblard, mais à f5.6 il est super. En reportage je ne m’en suis jamais servi. C’est clair. Il a un zoom a pompe qui envoie toute la poussière direction boîtier. Sur mon F4s je veux bien, mais sur mes boîtiers digitaux, non merci.

85 1.8 AF. Ce petit bijou me donne un résultat, qui m”étonne toujours. Je l’ai comparé au 85 1.4 AF et ne voyais pas de différence. De toute façon à 1.4 le piqué est vraiment trop mou. S’il l’on prend les deux objectifs a l’ouverture de 2.0 légers avantages au 1.4. Mais a l’ouverture de f4 pas de différence. Donc pour le tiers du prix je prends le 1.8.

Sigma 28 70 2.8. Mon premier Sigma. Je suis très content. A f5.6 il décoiffe franchement. Chasseur d’images l’avait très bien coté. J’ai fait de nombreux reportages avec et me donnait toujours satisfaction. Très robuste et très fiable.

Sigma 20 40 2.8. Mon second objectif Sigma. Là encore à f5.6, rien à redire, mais comme tous mes objectifs Sigma mou à grande ouverture.

Sigma 24 70 2..8 DG EX. Superbe objectif. Je l’ai souvent utilisé en reportage et j’étais très satisfait. J’ai eu de très bons résultats en long et en large. L’autofocus ne m’a jamais gêné.

Sigma 70 200 2.8 HSM II. Quel zoom ! Les tests appuient ce que j’ai pue constater. Des f2.8 le piqué est au rendez-vous. Dès ma première prise en main, je savais que c’était l’un des meilleurs zooms rapport qualité-prix. Je le recommande très vivement! L’autofocus rapide et précis. Jamais eu de déception avec ce zoom.

On passe a la vittesse superieure.

Nikon 24 70 2.8 AF-S. Mon premier Nikon de la série pro. Dès que j’ai vu les résultats de cet objectif, je me suis arrêté de prendre des photos pour tester. Je comprenais de suite que l’on ne ferait pas mieux (pour le moment). Sur tous les points. Vitesse autofocus, dès 2.8 piqué au rendez-vous, bref j’étais dans les nuages. Je prends la photo et c’est tout. Pas de souci à avoir. Je m’aventure en reportage à l’ouverture de f2.8! Sans que ce soit mou, au contraire aussi bien qu’a f5.6. En plus, couplé avec mes boîtiers pros, ça devient anti-ruissellement. Ca donne confiance, mais là aussi, je ne teste pas. YouTube s’en charge.

Nikon 70 200 2.8 VRII. Simplement époustouflant. Je comprends qu'il est dans le sac de tous les pros, et amateurs avertis. Il est cher, mais tant pis. Il est le meilleur et c'est tant mieux. Quand on lit des revues de cet objectif, le poids est nommé comme handicap. Ils rigolent ou quoi. Cet objectif n'a pas de handicap. Le fait de ne pas être, à moins de trois mètres un 200mm? Je ne m'en suis jamais aperçu. Ou je ne vois ça pas comme un inconvénient. De toute façon comme je le dis plus haut, j'ai arrêté de tester mes objectifs et je ne sais pas si c'est vraiment comme ça. Si vraiment il ce rapproche de 150mm voir 135mm à moins de trois mètres, cela doit avoir quelques avantages. Mais il faut dire que de ce point de vue le Sigma 70 200 HSMII fait mieux. Moi je suis comblé avec le Nikon et je ne regrette pas une minute voire seconde mon achat. Voilà.

Nikon 14 24 2.8 AF-S. Quel caillou. Quand on l’a en main, on frissonne. À 14mm quelle vue. Quelle netteté, détaille. Couplé à mon D800, une merveille. Pas de distorsion. Même Canon se l’arrache. Il existe un adaptateur pour permettre de monter cet objectif sur un boîtier Canon. Ça veut tout dire. Il faut tout de même s’appliquer pour une prise de vue. Il y a tant de choses à regarder et inspecter avant de déclencher.

Nikon macro 105 2.8 AF-S. Avec cet objectif, je touchais à ce que Nikon faisait de mieux. L’autofocus est d’une rapidité tel, que cet objectif se prete parfaitement au portrait. Le VR utile qu’a la prise de vue autre que la macro, car je trouve inutile en Macro. En fait s’il n’y avait pas de VR, je me sentirais mieux. Ce sont des techniques assez fragiles.

Nikon SB24. J’en ai deux. Il reste un flash top. Muni d’un déclencheur photoélectrique, devient un flash studio. Puissant je m’en sers souvent.

Nikon SB800. Ce flash est top. Il me semblait pourtant qu’il manquait un peu de puissance. En configuration sans fil, il remplit bien son rôle. Super. Grâce à une cinquième pile, il recycle considérablement plus vite.

Nikon SB900. Il est tout simplement sublime. Il fait tout bien et mieux que le SB800. Il recycle rapidement, et sur la question sur la surchauffe je ne l’ai jamais eu. Et pourtant je l’utilise avec une batterie extérieure.

Quantum Turbo. Batterie pour flash. Il recycle le SB900 en pleine puissance en moins d’une seconde. Je m’en sers tout au long d’un reportage sans devoir le recharger. J’utilise 1/3 de sa charge.

Le posemètre m’est d’une grande utilité dans certains cas. Par exemple ou le posemètre du boîtier est induit en erreur pour cause d’une scène trop claire ou trop foncé. Il est indispensable que l’exposition soit correcte pour tirer le meilleur contraste, couleur et netteté de l’image prise. Ce posemètre m’a aussi permis de contrôler si j’étais proche de la mesure parfaite avec le boîtier. Quand je devais attendre pour la  scène suivante, je m’amusais a deviner avant de mesurer l’exposition exacte sans l’aide du posemètre.  Après je vérifiais si j’étais juste. J’ai appris comme ça à me passer du posemètre.

Un deuxième posemètre. Il est superbe, et plein de possibilités. Très précis. Très utile lors de prises de vues au flash.

Comme  accessoires, cartes mémoires en tout genre. 4gig, 8gig, 2x16gig, 32gig ect... Trois sacs lowepro.