Nettoyage capteur

nikon-df-capteur

capteur du Nikon df

Souvent on me demande ce que je fais pour éviter les poussières sur mon capteur. Ce que je fais, une fois que les poussières sont visibles sur mes photos. Je comprends leur peur d’avoir à combattre ce fléau. Il faut dire que les boitiers munis d’un dispositif de nettoyage du capteur comme sur le D300, sont assez efficaces. Il est bien moins nécessaire de faire un nettoyage sur un D300 que sur un D3 qui est démuni d’un nettoyeur de capteur. Après chaque reportage avec le D3 qui impliquait un changement d’optique fréquent et dans de mauvaises conditions, ou sous le stress, j’ai eu droit au nettoyage. De grosses traces de poussière étaient présentes et visibles parfois à f5.6 ! Sur mon D800 le système anti-poussières est franchement amélioré, et très efficace. Je n’ai après plus d’un an d’utilisation jamais eu recours au nettoyage avec swap.

La grande question que tout le  monde se pose est comment Nikon procède au nettoyage du capteur des ces boîtiers. C’est top secret. Pas moyen de le savoir, enfin c’est cette impression que j’ai eu quand j’ai demandé au service après-vente de chez Nikon si je pouvais voir leurs secrets.

Mais la chance me sourit, car j’ai un copain qui travaille chez Nikon France comme technicien. Je ne le vois pas souvent, mais quand on se voit je vous laisse deviner de quoi on parle. On a eu une longue, très longue discussion sur la façon de nettoyer le capteur de n’importe quel boîtier Nikon. Mais plus encore, j’ai eu un cours privé ! Je sais maintenant parfaitement ce que l’on peut ou pas faire. La surprise était grande de le voir si relaxe et frotter sur mon capteur avec le matériel qu’il utilise. Il a d’ailleurs toujours avec lui son matériel qui lui sert au nettoyage de capteur. En effet il est souvent en déplacement lors d’événement où Le NPS (Nikon Professional service) doit être présent. Son matériel le suit partout.

Je tiens à dire d’où je tiens mes informations. Il est très facile de raconter n’importe quoi, mais sur un sujet aussi délicat que celui du nettoyage du capteur, ce serait de la folie. Il faut en effet bien connaître le sujet. Mais une fois que l’on connait le secret, l’envie de le raconter est trop forte. J’ai son consentement à condition de ne pas être trop précis sur lui, ça va de soi.

Oui, oui, voilà, j’y viens. Je vais dévoiler ce que Nikon fait d’après mon ami.

Il y a des conditions qu’il faut remplir.

  1. Batterie chargée à 100 %
  2. Environnement non poussiéreux.
  3. Avoir tout sous la main, et pas trop de personne autour.
  4. Utiliser les produits prescrits.
  5. Être relaxe, pas de stress.
  6. Ne pas trembler, surtout des mains, et ne pas suer.
  7. Travailler avec une bonne source de lumière.

En quoi consiste ce nettoyage ? Il se compose de quatre étapes.

  1. Un coup d’air. À l’aide d’une poire, ou une bobonne d’air comprimé.
  2. Nettoyage mouillé. À l’aide de swap et produit liquide.
  3. Prise d’un cliché pour un test.
  4. Recommencer si nécessaire.

Capteur ou filtre ?

Cela fait peur de toucher le capteur. À vrai dire, on ne touche jamais le capteur lui-même, mais un filtre placé devant. Même les boîtiers dits sans filtre passe-bas ou antimoiré,comme le D810, ont quand même un filtre infrarouge qui protège le capteur. C’est vrai que la première tentative de nettoyage se traduit toujours par des sueurs froides. On a les mains moites. Les jambes en coton. Ce n’est qu’après quelques nettoyages que disparaît le stress . On en finit même à en rire. Mais quel est ce filtre placé devant le capteur ?

moiré

moiré

La plupart du temps les reflex sont équipés d’un filtre dit, passe-bas. En réalité il y a deux fonctions implantées. La première est de ne pas laisser passer les informations haute fréquence des images qui le traversent. La deuxième fonction est de diminuer l’effet de moiré. Tout le monde connait maintenant ses effets indésirables. Ce filtre est généralement suivi par un filtre infrarouge. Mais pour faire simple appelons ces filtres et capteurs, le capteur tout simplement. La question est de savoir si ce filtre qui est le premier exposé aux poussières est-il très fragile ou pas ? Savoir aussi comment nettoyer le capteur sans risques. J’ai lu beaucoup d’articles qui traitaient ce sujet, sans être sûrs que ces méthodes sont fiables. Si ce n’était pas du commerce. Des centaines de méthodes sont en vente sur le Net, on ne sait plus trop quoi utiliser. J’ai lu aussi beaucoup d’articles sur des forums qui se contredisaient. Non ; il fallait que je sois sûr de LA méthode avant de me lancer au nettoyage de mon d3.

Quels sont les risques ?

Existe-t-il un risque connu de rayer son capteur ? Oui bien sûr. Mais il faut s’y prendre comme un cochon. On peut le lire ici. Le plus grand risque est celui du grain de sable qui peut se trouver sur le capteur. Même si c’est improbable qu’un grain de sable se colle sur le capteur. Mais en combinaison avec les fameuses taches d’huile, un grain de sable peut se coller au capteur. Les nouveaux boîtiers projettent de petites gouttes d’huile sur le capteur. C’est bien connu maintenant. Ce sont ces taches qui sont impossibles à enlever sans passer au swab. De toute façon, il faut toujours commencer par l’inspection visuelle du capteur à l’aide d’une loupe spéciale pour capteur ou autre. Cela a pour but de desceller tout corps assez dur qui pourrait provoquer une  rayure au moment du nettoyage. Cette inspection est indispensable et incontournable. On commence toujours par un coup d’air comprimé dans la chambre du miroir. Quand il n’y a plus de poussières de ce côté-là, on inspecte le capteur. Commencent par un coup d’air comprimé, jusqu’à la disparaissons de tout corps visible à l’oeil nu. Moins d’objets ou poussières dans la chambre du miroir et sur le capteur, moins de risques il y aura. Il est même tout à fait possible que tout disparaisse dès le premier coup d’air. Tant mieux. Mais si les taches sur les photos sont toujours là, l’opération dite mouillée s’impose, de toute façon c’est la seule méthode efficace pour les taches d’huile. Ce sont elles qui sont les plus difficiles à enlever. Il faudra plusieurs passages pour en venir à bout. Mais si l’on sait que le filtre devant le capteur est quand même assez dur et contrairement à ce qui ce dit, ne ce raye pas facilement on aura moins peur de passer plusieurs fois, à condition de le faire comme il faut. Mais l’exception confirme la règle. Il y a toujours des artistes qui parviennent à endommager leurs boîtiers.

Nettoyage du capteur :

Si aucun corps suspect n’est visible, et que la photo test présente toujours des tâches, il faut commencer le nettoyage dit mouillé. Je vais d’abord expliquer comment mon ami le fait. Ensuite ma manière.

Il utilise un petit bâtonnet en bois de +/- 20cm de long, où il enroulé à l’extrémité du coton. Le tout devient un grand coton-tige. La façon d’enrouler le coton finit par donner un embout souple, contrairement au vrai coton-tige. À l’aide d’une pompe, il mouille   le coton avec de l’alcool pur ou d’éclipse v2. Une fois trempé dans le produit il faut laisser évaporer les vapeurs de l’alcool une seconde ou deux. Il commence le nettoyage du capteur par le centre en faisant de petits cercles de plus en plus grand pour finir par le bord du capteur. On reconnait la bonne quantité de produits à la traîner d’alcool qui suit le balayage du coton sur le capteur. Cette traînée disparaît presque instantanément. Si aucune traînée n’apparaît derrière le passage du coton, il faut arrêter tout de suite, car il y a forte chance que l’on frotte le capteur avec le coton mal humidifié, voir sec. Ce n’est pas le but recherché. Il refait une photo test, et si des tâches sont présentes il recommence. Mais sans oublier de vérifier la condition de la batterie. Il se peut qu’il doive donner un coup d’air comprimé entre temps. Si la photo est nickel, il considère le nettoyage comme réussi. En général il prend une photo à f11. Mais il réussit aussi à f22 d’enlever toutes traces. Mais il dit qu’a f22 c’est pour les fanatiques. Ce qui est frustrant après une intervention de ce genre, c’est que les boîtiers sans système de nettoyage se resalissent très vite. C’est le cas du D3. Je ne suis pas tout à fait d’accord avec lui. Je pense que le D3 est de moins en moins sensible à la poussière à force de le nettoyer, mais je pense que je suis de moins en moins obsédé par les taches.

Voir ce que je veux dire c’est mieux. On voit dans ce petit film le mouvement que je décris plus haut :

Une autre vidéo qui me semble être officiellement de Nikon. Il y en a 11. Mais celle qui nous intéresse est la 10. Couper le son, car c’est du japonais.

http://www.youtube.com/watch?v=h2yfZL0edqs

Je l’ai dit plus haut, j’ai ma manière. Du moins la manière qu’il m’a conseillé. Et très important, c’est la seule qu’il approuve. Sans risque. Comme je ne savais pas manipuler la façon d’enrouler le coton autour de morceau de bois, il m’a conseillé d’utiliser le dust wand kit de dust aid. Il s’agit d’un kit qui contient plusieurs spatules de tailles différentes. De cinquante chiffons doux. Et du produit. À propos du produit, il préfère l’éclipse version 2. Je me suis procuré tout ça. En sa présence je commence le nettoyage. La technique d’inspection reste la même que de lui. Je prends la spatule qui correspond à mon capteur FX. Il me dit non, je dois prendre la plus petite ! Ça te laissera plus de liberté et ça sera plus efficace sur les bords du capteur. Je mets deux gouttes sur le chiffon, et commence un balayage. Comme la spatule est plus étroite, je dois refaire un deuxième passage pour le bas, et du coup le milieu à droit à deux passages. Je fais exactement ce qu’il me dit, et surprise dès la première photo test tout était nickel. Super. Il me démontre ce qu’il fait avec une tache qui n’a pas l’air de s’enlever. Il frotte carrément sur le capteur et insiste. Je dois dire que je n’aimais pas ça, mais m’assure qu’il n’y a pas de peur a avoir. Avec le temps et l’expérience que j’ai acquis, je réalise un nettoyage capteur en 5mins. Je le fais régulièrement pour quelques amis, et je n’ai jamais eu le moindre problème. Même pas avec des boîtiers de plus de six ans qui n’avaient jamais eu de leurs capteurs nettoyés.

Avant de décider de faire soi-même le nettoyage, il faut connaître le coût si on le laisse faire. J’ai connu le tarif pour le nettoyage du capteur à 30 € pour le D3 chez le réparateur officiel de Nikon. Je n’ai jamais été déçu. Même à f22, aucune trace de poussières. Mais dès le changement d’optique, je remarquais que les traces revenaient. Rien à faire. À ce jour le tarif est à 50 €. Cela devient cher et je dois faire 240 km aller-retour, pour avoir un capteur propre. Mais la question ne se pose pas si l’on n’est pas sûr de soi. Le remplacement d’un capteur coute facilement 800€ ou plus. Être moins possédé par la poussière, et faire un nettoyage par an peut en effet sauver un boîtier.