Nikon D7200, le changement est à l’intérieur

 

Nikon D7200, le changement est à l'intérieur

Quel que soit leur constructeur, les reflex se renouvellent à un rythme régulier. Chaque nouveau modèle apportant plus ou moins de nouveautés. Aujourd’hui, et sans trop de surprises, c’est Nikon qui remplace son boîtier expert D7100 à capteur DX (le format APS-C de Nikon) par le D7200.

Du point de vue du design et de l’ergonomie physique, le D7200 n’évolue pas et reprend trait pour trait le boîtier du D7100. On retrouve ainsi un écran LCD fixe et non tactile de 3,2 pouces de diagonale (8 cm environ) de 1 229 000 points, ainsi que le viseur optique (pentaprisme) avec une couverture de 100% et un grossissement de 0,94.
nikon-d7200

Le Nikon D7200 se distingue de son prédécesseur par son intérieur. Tout change ou presque, mais le D7200 se contente de picorer ici et là des fonctionnalités qui existent déjà dans la famille des reflex Nikon. Le D7200 reste sur un capteur à 24 millions de pixels sans filtre passe-bas mais passe au processeur de traitement d’image Expeed 4. Le D7100 se contentait du de l’Expeed 3. Cela n’a aucun effet sur la cadence rafale qui reste à 6 images par seconde (avec une mémoire tampon à de 100 images en JPEG), mais étend la plage de sensibilité. Le Nikon D7200 couvre un 100 – 25 600 ISO. Le nouveau boîtier de Nikon dispose même de deux mode Haute Sensibilité en monochrome Noir et Blanc, à 51 200 ISO (Hi BW1) et à 102 400 ISO (HI BW2).

L’adoption de l’Expeed 4 par le Nikon D7200, lui apporte aussi une nouvelle gestion de la balance des blancs et le Picture Control (gestion des couleurs).

Le Nikon D7200 adopte aussi un nouveau module autofocus avec 51 collimateurs, dont 15 croisés. Un autofocus issu des D810 et D750 avec une meilleure sensibilité. Positionné à – 3IL, l’autofocus doit accrocher sa cible sous un éclairage équivalent à celui que procure la lune.

Un mode vidéo tronquée…

Le Nikon D7200 hérite aussi de fonctions vidéo avancées. Il récupère les menus vidéos spécifiques du D810 et est capable de filmer en Full HD (1 920 x 1 080 pixels) à 25 et 30 images par secondes. Pour accéder aux cadences de 50 et 60 ips, il faut recadrer avec un taux de 1,3x… Un choix assez bizarre de le la part de Nikon. D’autant plus que le constructeur le dote d’une connectique complète pour la vidéo : entrée et sortie audio, sortie HDMI non compressée…

Ce n’est plus une réelle nouveauté, Nikon intègre désormais nativement le Wi-Fi à ses boîtiers. Plus besoin de passer par des modules externes. C’est le cas du D7200 qui propose aussi le NFC. Une connectique sans-fil qui permet de partager ses photos avec un terminal sans fil (smartphone ou tablette), ou de se servir de ce dernier comme télécommande pour déclencher.

 

Une des bonnes surprises est venue d’un accessoire. Un microphone sans fil Bluetooth d’une portée de 50 mètres qui se compose d’un module émetteur et d’un autre récepteur : le ME-W1. Petit et simple d’utilisation, il se présente comme une solution astucieuse pour réaliser des interviews, surtout s’il s’avère compatible avec tous les appareils dotés de Bluetooth. Il est annoncé pour le mois de mai 2015, mais n’a pas encore de tarif.

Quant au Nikon D7200, il sera proposé dès la fin mars à 1 200 euros nu, ou 1400 euros en kit avec un zoom 18-105 mm f/3.5-5.6.