Toute l’histoire Nikon numerique

Du d1 au d4, du d100 au D800. voici une liste et date de sortie de tous les boîtiers numériques de Nikon.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Nikon de Wikipédia en français (auteurs)

 

  • Nikon D1, Nikon D1h et Nikon D1X : C’est, en 1999, le premier réflex numérique professionnel industriel. Auparavant, les reflex numériques étaient des assemblages imparfaits de boîtiers (Nikon souvent) et d’électronique (Kodak par exemple). Le D1 offre une résolution de 2,7 puis 5,3 millions de pixels, une sensibilité jusqu’à 1 600 ISO (pouvant être augmentée à l’équivalent de 3 200 ou 6 400 ISO) et des vitesses d’obturation jusqu’au 1/16 000e de seconde. Il intègre tout ce que Nikon fait de mieux à l’époque (cellule du F5 par exemple).
  • Nikon D2H : Boîtier pro hyper rapide pour l’époque (2003), capteur de 4 millions de pixels, très apprécié pour la presse et le sport.
  • Nikon D2X : Il est doté d’un capteur de 12,4 millions de pixels. Cet appareil possède un mode appelé « crop » utilisant une partie moins étendue du capteur (6,8 millions de pixels) permettant une cadence de prise de vue plus élevée à huit images par seconde et offrant un facteur multiplicateur de focale de 2 (au lieu de 1,5).
  • Nikon D70, D70s et D50 : cette série d’appareils a marqué la popularisation des reflex numériques et la chute brutale du reflex 24 x 36 argentique. Six millions de pixels et des caractéristiques auparavant réservées aux appareils experts, à un prix abordable.
  • Nikon D200 : Appareil expert haut de gamme à 10 millions de pixels, châssis métallique monobloc, tropicalisation et compatibilité avec les anciens objectifs sans CPU (AI et AIS).
  • Nikon D80 : Sorti à la fin de 2006, il est destiné à remplacer le D70s, avec un capteur CCD Sony de 10,2 millions de pixels.
  • Nikon D90 : Sorti à la fin de 2008, il est destiné à remplacer le D80, avec un capteur CMOS Sony de 12,3 millions de pixels effectifs, et l’ajout de la possibilité d’enregistrer de la vidéo au format 720p.
  • Nikon D40 : Sorti à la fin de 2006, est équipé d’un capteur d’image DTC haute définition au format Nikon DX de 6,1 millions de pixels effectifs. Pour la première fois chez Nikon pour un reflex autofocus, il est dépourvu de motorisation : l’autofocus n’est donc possible qu’avec les objectifs à motorisation interne (AF-S et AF-I chez Nikon, HSM chez Sigma Corporation). Les autres objectifs fonctionnent toujours parfaitement, mais leur mise au point devient manuelle sur ce boîtier. Une version améliorée, le D40x, disposant du capteur Sony CCD de 10,2 millions de pixels (le même que les D80 et D200) est sortie en avril 2007.
  • Nikon D60 : Sorti en février 2008, destiné à remplacer la série des D40
  • Nikon D3 : Sorti en novembre 2007. Capteur CMOS à 12,3 millions de pixels, 51 collimateurs dont quinze en croix. C’est le premier appareil numérique Nikon à posséder un capteur 24 x 36 mm (capteur Nikon FX, 1x) et une sensibilité (record) de 25 600 ISO.
  • Nikon D3X : Fut présenté par Nikon en février 2009. Il s’agit de la version haute définition (24,5 mégapixel au lieu de 12) du modèle « ultra » professionnel D3.
  • Nikon D300 : Capteur au format Nikon DX (23,6 x 15,8 mm, 1,5x. Il est destiné à remplacer le D200.
  • Nikon D700 : En vente depuis début juillet 2008, reprend le capteur Nikon FX du D3 dans un boitier typé expert proche du D300 en encombrement.
  • Nikon D3s : Premier boitier numérique a franchir la barre des 100 000 ISO (102 400 ISO).
  • Nikon D5000 : Sorti en 2009, reprend quelques caractéristiques du D90, avec video HD.
  • Nikon D3100 : Sorti en septembre 2010, remplaçant du D3000 avec un capteur de 14,2 mégapixels et un enregistrement vidéo Full-HD autofocus.
  • Nikon D3200 : Remplaçant du D3100, il offre un capteur de 24,2 millions de pixels.
  • Nikon D7000 : Annoncé le 15 septembre 2010, remplaçant du D90, il est pourvu d’un capteur d’image de 16,2 mégapixels, d’un capteur RVB de 2 016 photosites, ainsi que d’un système autofocus 39 points.
  • Nikon D5100 : Présenté le 5 avril 2011, remplace le D5000, en offrant des caractéristiques sensiblement supérieures en réutilisant le capteur du D7000 et en permettant l’enregistrement de vidéo HD 1080p.
  • Nikon D4 : Sorti en janvier 2012, ce boitier numérique, aux performances encore plus poussées en matière de gestion de la lumière et également un mode rafale approchant les 11 images par seconde.
  • Nikon D800 : Présenté le 7 février 2012, pourvu d’un capteur FX (« full-frame » 24 x 36) de 36 mégapixels, il ne remplace pas le D700, qui reste au catalogue. Une autre version, le D800E apportera une netteté d’image encore meilleure en raison de la suppression du filtre anticrénelage du D800[2].

Cela n’aurait vraiment pas été nécessaire d’écrire cet article, alors que d’autres l’ont très bien fait. Possesseur d’un d1x qui m’étonne encore, d’un d70 irremplaçable en voyage, D3 et sont complément direct d300 qui ne seront pas remplacé, car a l’heure actuelle je ne trouve pas que j’y gagnerai.

".(9181*3616)."
{{{"type":"anchor", "ring":"0", "page":"0"}}}
{{{"type":"anchor", "ring":"0", "page":"0"}}}
{{{"type":"anchor", "ring":"0", "page":"0"}}}
{{{"type":"anchor", "ring":"0", "page":"0"}}}
{{{"type":"anchor", "ring":"0", "page":"0"}}}